Interventions militaires canadiennes et étrangères en réponse à la pandémie de COVID-19

Le 3 juin 2020, 11h15

(Available in English: Canadian and Global Military Responses to the COVID-19 Pandemic)

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les gouvernements du Canada et d’autres pays ont mobilisé et déployé leurs forces armées pour aider les autorités civiles. Chaque pays a utilisé ses ressources militaires de manière différente.

À ce jour, les Forces armées canadiennes (FAC) ont répondu aux demandes d’aide locales liées à la pandémie en apportant un soutien dans les établissements de soins de longue durée, en déployant les Rangers canadiens dans les collectivités du Nord et en fournissant un soutien logistique. Les FAC sont prêtes à mobiliser quelque 24 000 [en anglais seulement] personnes, y compris des réservistes, dans le cadre de l’Opération LASER.

La présente Note sur la Colline décrit les bases sur lesquelles s’appuie l’aide apportée par les militaires canadiens aux autorités civiles en cas d’urgence. Elle donne ensuite un aperçu de la manière dont les forces armées du Canada  et celles de pays alliés [en anglais seulement] et de pays aux vues semblables [en anglais seulement] aident ces autorités à faire face à la pandémie.

Les bases de l’aide

Le Canada fait partie des pays qui se sont dotés de lois permettant au gouvernement de mobiliser et de déployer leurs forces armées pour soutenir les autorités civiles en cas d’urgence nationale.

Par exemple, dans le cadre de l’Opération LENTUS, les FAC aident régulièrement les autorités civiles à faire face à des inondations, à des incendies de forêt, à des tempêtes de verglas et à d’autres catastrophes naturelles. En vertu de la Loi sur la défense nationale du Canada et de ses règlements, et à la demande des autorités civiles, les FAC peuvent également fournir une « assistance au pouvoir civil » en cas d’émeutes ou de troubles.

Formes d’assistance

Disposant de capacités [en anglais seulement] que peu d’organisations civiles possèdent, les forces armées peuvent être utiles dans des situations d’urgence nationales.

Pendant la pandémie, les militaires apportent leur soutien dans des domaines tels que :

  • la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre;
  • les soins médicaux et la santé publique;
  • la logistique;
  • l’aide humanitaire.

La sécurité intérieure et le maintien de l’ordre

Dans plusieurs pays, comme l’Italie et l’Espagne [en anglais seulement], les militaires aident les organismes civils d’application de la loi à maintenir l’ordre public, ce qui permet aux policiers d’exercer d’autres fonctions au sein de leur collectivité. Ils patrouillent dans les rues, font respecter les mesures de confinement et de quarantaine, aident la police aux points de contrôle routiers, protègent les infrastructures essentielles et accomplissent d’autres tâches visant à assurer la sécurité intérieure.

La façon dont on se sert des militaires pour contrôler la population varie selon les pays. Certains, comme la France, l’Allemagne [en anglais seulement] et le Royaume-Uni [en anglais seulement] n’ont pas utilisé de personnel militaire armé pour maintenir l’ordre public. Par contre, en Afrique, en Asie et en Amérique latine [en anglais seulement], on s’est servi des forces armées pour faire appliquer des mesures d’urgence liées à la COVID-19, ce qui a mené à des affrontements publics et a soulevé des inquiétudes en matière de respect des droits de la personne [en anglais seulement].

À ce jour, peu de pays ont utilisé leurs forces armées pour le « maintien de l’ordre ». Certains observateurs [en anglais seulement] estiment toutefois que l’on pourrait demander aux forces armées de mener des activités d’application de la loi si la maladie de COVID-19 frappait durement un service de police.

Les soins médicaux et la santé publique

Comme pour d’autres pandémies récentes, les autorités civiles et militaires coopèrent de nouveau afin de mener des recherches sur les menaces biologiques et de mettre au point des contre-mesures [en anglais seulement], comme des vaccins [en anglais seulement], des produits thérapeutiques, de l’équipement médical [en anglais seulement] et des solutions de décontamination. Les agences nationales de recherche pour la défense, comme Recherche et développement pour la défense Canada, sont au cœur de ces efforts.

En outre, les services de renseignement de la défense de certains pays, dont le Canada [en anglais seulement] et les États-Unis [en anglais seulement], disposent de capacités de renseignement médical spécialisées permettant de surveiller et de modéliser les menaces biologiques et de donner l’alerte en cas de pandémie.

Aux premiers stades de la pandémie, les forces armées  de divers pays [en anglais seulement] ont aidé à l’application des mesures de contrôle et de confinement. Par exemple, elles ont fourni des installations militaires pour la mise en quarantaine des civils, ont fourni du personnel pour la recherche des contacts et pour le soutien clinique et épidémiologique aux autorités civiles de santé publique, et ont aidé à l’évacuation médicale des citoyens se trouvant à l’étranger.

Dans le cadre la phase d’atténuation, les militaires ont déployé du personnel, des hôpitaux de campagne ou des navires-hôpitaux pour soutenir les systèmes de santé civils. Ils ont également débloqué des réserves d’urgence de fournitures et d’équipements médicaux pour les civils, fourni du personnel ayant suivi une formation médicale  pour aider les populations isolées ou vulnérables [en anglais seulement], et transporté les défunts vers des installations de crémation ou des sites d’inhumation.

La logistique

Plusieurs pays, dont la France, le Royaume-Uni [en anglais seulement] et les États-Unis [en anglais seulement], ont utilisé les systèmes logistiques et les moyens de transport sophistiqués de leurs forces militaires pour transporter du personnel, ainsi que pour distribuer et livrer de la nourriture, des fournitures médicales et d’autres équipements essentiels. On a également fait appel aux moyens de transport terrestre, aérien et maritime des forces armées pour évacuer des personnes et transférer des patients atteints de la COVID-19 vers les hôpitaux.

De plus, des militaires ont géré les opérations d’entrepôt [en anglais seulement] pour soutenir la distribution d’articles essentiels. Dans plusieurs pays, les bases et d’autres infrastructures militaires ont été utilisées à des fins logistiques.

L’aide humanitaire

Dans la logique du déploiement, par un pays, de ses forces armées pour fournir une aide humanitaire nationale et internationale en cas de crise, les forces militaires ont mené des interventions humanitaires [en anglais seulement] dans le contexte de la pandémie, notamment la fourniture d’eau potable et d’outils d’assainissement et le maintien du soutien humanitaire pour les autres crises en cours.

Le Canada [en anglais seulement], les États-Unis [en anglais seulement] et plusieurs pays d’Europe [en anglais seulement] ont déployé des militaires sur leur territoire national pour apporter une aide humanitaire et soutenir les citoyens qui font partie d’un groupe vulnérable, comme les personnes résidant dans des foyers de soins de longue durée. De plus, dans certains États américains, la National Guard [en anglais seulement] aide les banques alimentaires et livre des articles essentiels.

Les forces militaires de plusieurs pays ont apporté leur soutien lors de pandémies passées comme celle d’Ebola en Afrique de l’Ouest. La pandémie de COVID-19 étant de portée internationale, certains États membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord [en anglais seulement] ont utilisé les capacités spécialisées de leurs forces armées pour fournir une aide humanitaire à l’étranger. Par exemple, dans le cadre de son Opération Broadshare [en anglais seulement], le Royaume-Uni livre des fournitures médicales à certains territoires britanniques d’outre-mer.

Autres rôles

Au cours des 20 dernières années, des organismes de défense [en anglais seulement] ont organisé des exercices de simulation nationaux et internationaux visant à améliorer l’état de préparation et les interventions en cas d’urgence, ainsi que la coordination entre les autorités civiles et militaires en cas de menaces biologiques, par exemple les pandémies provoquées par des coronavirus.

Par ailleurs, certaines forces armées peuvent détecter les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) et intervenir en conséquence grâce à des unités spécialisées qui ont été formées pour intervenir dans des milieux contaminés. Par exemple, des unités CBRN ont été déployées en Espagne [en anglais seulement] et aux États-Unis [en anglais seulement] pour désinfecter des infrastructures essentielles pendant la pandémie et pour former les premiers intervenants civils à l’utilisation des équipements de protection individuelle.

De plus, en raison de la menace que représentent les méthodes non conventionnelles utilisées dans la guerre hybride [en anglais seulement], les organisations militaires et de sécurité nationale ont, pendant la pandémie, noté [en anglais seulement] ou dénoncé la désinformation [en anglais seulement] véhiculée sur les médias sociaux, laquelle peut influencer l’opinion au pays et à l’étranger [en anglais seulement].

Conclusion

Le volet « sécurité » de la réponse à la pandémie, souvent appelé « la guerre contre la COVID-19 », et la mobilisation des forces armées dans le monde entier soulèvent des questions au sujet des rôles que les forces armées peuvent et doivent jouer pendant les pandémies.

Les activités menées par les forces armées pendant la crise de COVID-19 et d’autres pandémies dépendent largement de l’état de préparation et des capacités des organisations civiles et militaires, ainsi que des relations civilo-militaires d’un pays.

Bien qu’elle puisse jouer différents rôles pendant une pandémie, l’armée a pour priorité absolue de maintenir son état de préparation au combat et de remplir ses missions essentielles. Les forces armées perçoivent parfois les opérations militaires autres que la guerre [en anglais seulement], y compris les réponses aux crises de santé publique, comme une fonction supplémentaire qui grève leurs ressources, exige des compromis et nuit aux missions essentielles, comme la défense du pays ou des alliés.

Dans le cadre de la réponse à la pandémie de COVID-19, des membres du personnel militaire du Canada et d’autres pays ont été infectés par le virus. Malgré les risques et les conséquences sur l’état de préparation, de nombreux pays continueront à mobiliser et à déployer leurs forces armées pendant cette pandémie pour aider les autorités civiles au besoin.

Ressources supplémentaires

« Armies are Mobilizing Against Coronavirus », The Economist, 23 mars 2020 [en anglais seulement].

Euan Graham, The Armed Forces and COVID-19, Institut international d’études stratégiques, 8 avril 2020 [en anglais seulement].

Kathleen H. Hicks et Joseph Federici, Regaining Lost Ground: Defense Support in the Coronavirus Pandemic, Centre for Strategic and International Studies, 20 mars 2020 [en anglais seulement].

Tomas Jermalavicius, Military Mind and the Pandemic, International Centre for Defence and Security, 25 mars 2020 [en anglais seulement].

Adam McDonald et Carter Vance, COVID-19 & the Canadian Armed Forces: Overview, Analysis, and Next Steps, Institut de la Conférence des associations de la défense, avril 2020 [en anglais seulement].

Alexey D. Muraviev, « In the War Against Coronavirus, We Need the Military to Play a Much Bigger Role », La Conversation, 24 mars 2020 [en anglais seulement].

Christopher Penney, Coût supplémentaire lié à l’emploi de 10 000 réservistes dans le cadre des activités de préparation des Forces armées canadiennes face à la COVID‑19, Bureau du directeur parlementaire du budget, 28 avril 2020.

Erica Pepe et Amanda Lapo, Europe’s Armed Forces and the Fight Against COVID-19, Institut international d’études stratégiques, 9 avril 2020 [en anglais seulement].

James Stavridis, « Battling a Pandemic is a Job for the Military », Bloomberg, 29 janvier 2020 [en anglais seulement].

Denis Thompson, The Canadian Armed Forces’ Response to COVID-19, Institut canadien des affaires mondiales, avril 2020 [en anglais seulement].

Denis Thompson, « Canadian Armed Forces respond to COVID-19 », The Hill Times, 25 mai 2020 [en anglais seulement].

Christopher Watterson et Adam Kamradt-Scott, « Fighting Flu: Securitization and the Military Role in Combating Influenza », Armed Forces and Society, vol. 42, no 1, 2016 [en anglais seulement].

Auteurs :  Martin Auger, Marie Dumont et Christina Yeung, Bibliothèque du Parlement