Du prix à la rampe au prix à la pompe : relation et asymétrie

Les prix du pétrole sur les marchés internationaux fluctuent continuellement. Cependant, ces variations ne se reflètent pas nécessairement dans les prix payés par les consommateurs à la pompe.

C’est que, au Canada, le prix du pétrole ne représente qu’environ le tiers (moyenne de 36 % en 2015) du prix payé à la pompe, soit moins que les différentes taxes fédérales, provinciales, territoriales et parfois même municipales (moyenne de 43 % en 2015).

En fait, le prix à la rampe de chargement est un meilleur indicateur du prix à la pompe.

Les principales compagnies pétrolières vendent de l’essence à partir de divers terminaux dans l’ensemble du Canada. Tous les jours, elles y affichent le prix de gros. Dans l’industrie, on appelle ce prix « prix à la rampe » ou « prix à la rampe de chargement », du nom de la rampe servant à charger l’essence sur les camions.

Ce faisant, le prix payé par les grossistes est un meilleur indicateur du prix à la pompe car, comme ce dernier, il inclut les marges de raffinage et les frais de transport et, aussi, parce que les délais entre la vente à la rampe et la vente à la pompe sont généralement courts.

Figure 1 – Prix de l’essence à la pompe dans la région de Joliette et ses environs par rapport au prix de l’essence à la rampe à Montréal, 2007 à 2014

chart01-f

Source : Figure préparée par l’auteur à partir de données tirées de la  Régie de l’énergie du Québec.

 

Les différentes taxes constituent actuellement la principale composante du prix de l’essence à la pompe au Canada

Tel que présenté à la Figure 2, le prix de l’essence à la pompe au Canada se compose de quatre principaux éléments :

  • le prix du pétrole;
  • les marges du raffineur et du négociant, qui comprennent les coûts et les profits associés au raffinage et aux détaillants;
  • les différentes taxes fédérales (taxe d’accise, taxe sur les produits et services (TPS);
  • et les différentes taxes provinciales (taxes de vente provinciales, territoriales, taxes de vente harmonisée et certaines taxes municipales).

Figure 2 – Composantes du prix de l’essence à la pompe au Canada, 2015

Infographic-A-Fuel-Gage-700px-v1-FR

Source : Figure préparée par l’auteur à partir de données tirées de Ressources naturelles Canada, Le rapport Info-Carburant, Bulletin 24, Revue annuelle 2015.

 

La Figure 3 affiche les différentes composantes du prix de l’essence à la pompe pour Whitehorse (Yukon), Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest), Vancouver, Calgary, Régina, Winnipeg, Toronto, Montréal, Saint-Jean (Nouveau-Brunswick), Halifax, Charlottetown et St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador).

Par exemple, à Montréal, les taxes fédérale, provinciale et municipale représentaient environ 43 % du prix de l’essence à la pompe en 2015. Seules trois municipalités canadiennes, soit Vancouver (11,0 cents le litre), Victoria (3,3 cents le litre) et Montréal (3,0 cents le litre), appliquent une taxe supplémentaire sur l’essence.

Figure 3 – Composantes du prix de l’essence à la pompe pour certaines municipalités canadiennes, 2015

chart02-f

Note : Données pour la période du 19 avril au 10 mai 2016.
Source : Figure préparée par l’auteur à partir de données tirées de Ressources naturelles Canada, Le rapport Info-Carburant, consulté le 13 mai 2016.

 

Les fluctuations quotidiennes du prix de l’essence à la pompe dépendent davantage du prix de l’essence à la rampe

Le coût du pétrole brut, fixé par les marchés internationaux, a généralement une incidence à plus long terme sur le prix de l’essence à la pompe; autrement dit, celui-ci fluctue au fur et à mesure que le coût de la matière première est transféré aux consommateurs dans la chaîne d’exploitation, de transport et de transformation. La Figure 4 montre les différentes étapes de cette chaîne d’exploitation. Par conséquent, la fluctuation du prix à la rampe constitue un meilleur indicateur de la fluctuation du prix à la pompe parce qu’elle comprend les changements aux marges de raffinage et aux frais de transport.

Figure 4 Infographic-B-Supply-Chain-700px-v1-FR

Source : Visuel élaboré selon les spécifications de l’auteur. Infographie créée par la Bibliothèque du Parlement.

 

La valeur du dollar canadien réduit l’impact des variations du prix du pétrole

Si la fluctuation du prix à la rampe constitue un meilleur indicateur (que le prix du pétrole brut) des changements au prix à la pompe, c’est aussi parce que le Canada est un producteur de pétrole brut, et que les variations des prix du pétrole sur les marchés internationaux ont généralement un impact sur la valeur de son dollar. Ainsi, une baisse du prix du pétrole entraîne généralement une baisse de la valeur du dollar canadien alors qu’une hausse du prix du pétrole occasionne généralement l’effet contraire.

Étant donné que le pétrole brut se négocie en dollars américains et que le Canada importe environ 37 % du pétrole qu’il consomme, les fluctuations du prix du pétrole brut sont atténuées par les variations du dollar canadien; ainsi, par exemple, les importations de pétrole deviennent plus coûteuses lorsque la diminution des prix du pétrole fait baisser la valeur du dollar canadien.

Les variations des prix à la rampe entraînent des variations équivalentes et symétriques des prix à la pompe

Les études empiriques[1] confirment que la variation des prix de l’essence à la pompe est influencée par celle des prix de l’essence à la rampe. Aussi, il est démontré qu’une variation des prix à la rampe entraîne une variation équivalente des prix à la pompe. Finalement, il est démontré qu’il n’y a pas d’asymétrie dans la fixation des prix de l’essence à la pompe, c’est-à-dire que, à la suite d’une diminution ou d’une augmentation, les prix à la pompe varient de la même façon que les prix à la rampe.

 

Auteur : Emmanuel Préville, Bibliothèque du Parlement

[1] Bureau de la concurrence, Analyse empirique sur l’essence : Mise à jour de quatre éléments de l’étude du Conference Board du Canada de janvier 2001 : « Les quinze derniers pieds à la pompe : L’industrie de l’essence au Canada en 2000 », mars 2005.

Régie de l’énergie du Québec, Avis sur les écarts de prix de vente et des marges de commercialisation de l’essence entre Montréal et Québec, Avis A-2009-02, 14 décembre 2009.

Bibliothèque du Parlement, Du prix à la rampe au prix à la pompe : relation et asymétrie, En bref, juin 2016.