Creux historique pour les réserves d’or du Canada

Les réserves d’or du Canada sont presque à sec. En date du 29 avril 2016, les réserves d’or officielles du pays s’établissaient à 55 onces, un creux historique évalué à 70 711 $ US.

Ce creux fait suite à la vente, entre décembre 2015 et avril 2016, de 95 839 onces d’or, pour une valeur de 107,1 M$ US. Depuis 1965, année où les réserves d’or du Canada ont atteint un sommet d’un peu plus de 1 000 tonnes, le gouvernement vend ses réserves sans interruption (Figure 1).

Puisque la devise canadienne n’est plus fondée sur l’étalon-or, il n’y a guère plus de raison de garder de l’or. En outre, l’or ne rapporte pas d’intérêt; son prix fluctue énormément et son entreposage coûte cher.

Le Canada est le seul pays du G7 à avoir vendu récemment la quasi‑totalité de ses réserves d’or.

Figure 1 – Réserves d’or officielles du Canada, 1890–2016 (tonnes métriques)

Figure montrant les réserves d’or officielles du Canada, de 1890 à 2016 (en tonnes métriques)

Note : Les données de 1890 à 1945 inclusivement comprennent les réserves d’or du Trésor fédéral et des banques canadiennes. Sources : World Gold Council, Historical Data – Annual time series on World Official Gold Reserves since 1845 [DISPONIBLE EN ANGLAIS SEULEMENT], et Statistics: Foreign reserves statistics – Quarterly times series on World Official Gold Reserves since 2000 [DISPONIBLE EN ANGLAIS SEULEMENT]; et ministère des Finances du Canada, Réserves officielles de liquidités internationales, 4 mai 2016.

 

Comme le montre le Tableau 1, le montant des réserves d’or officielles du Canada et leur proportion par rapport aux réserves en devises totales du Canada à la fin de l’année civile 2015 étaient les plus faibles des pays du G7. Les réserves d’or les plus élevées sont celles des États-Unis, où les 8 133 tonnes d’or comptaient pour 72,2 % des réserves en devises.

Tableau 1 – Réserves d’or officielles du G7, 2000 et 2015

Capture FRSource : Tableau préparé par l’auteur à l’aide de données du World Gold Council, Statistics: Foreign reserves statistics – Quarterly times series on World Official Gold Reserves since 2000. [DISPONIBLE EN ANGLAIS SEULEMENT]

 

Le Compte du fonds des changes du Canada

La petite réserve en or du Canada est conservée dans le Compte du fonds des changes du Canada (CFC). Ce portefeuille est surtout constitué de titres liquides libellés en devises (dollar américain, euro, livre sterling et yen), de droits de tirage spéciaux (DTS) et de la position de réserve du Canada au Fonds monétaire international (FMI).

L’objectif du CFC, comme le précise la Loi sur la monnaie, est « d’aider à contrôler et à protéger la valeur de l’unité monétaire canadienne sur les marchés internationaux ».

Les actifs détenus dans le CFC sont gérés de manière à ce que « le gouvernement puisse facilement s’acquitter de ses obligations en devises étrangères (par exemple, pour aider à contrôler et à protéger la valeur du dollar canadien, et pour régler ses obligations de paiements en devises au FMI) ». [traduction]

Selon la Loi sur la monnaie, le ministre des Finances a le pouvoir d’acquérir, d’emprunter, de vendre ou de prêter des actifs détenus dans le CFC, conformément à l’Énoncé de politique de placement. Toutefois, la planification stratégique et la gestion opérationnelle du CFC sont exercées conjointement par le ministère des Finances du Canada et la Banque du Canada.

Diminution de l’importance des réserves d’or

Sous le régime de l’étalon-or, en vigueur de 1854 à 1914 et de 1926 à 1931, le dollar canadien – ou billet du Dominion émis par le gouvernement fédéral – était soutenu par des réserves d’or.

Cela voulait dire que la valeur du dollar canadien était fixée en fonction des stocks d’or. Le gouvernement fédéral vendait ses réserves d’or en échange de dollars canadiens dans le but de maintenir la valeur du dollar par rapport à l’or.

Les réserves d’or du Canada revêtaient aussi une importance dans le système de Bretton Woods [DISPONIBLE EN ANGLAIS SEULEMENT], instauré à la fin de la Deuxième Guerre mondiale et en vigueur jusqu’en 1973. Avec ce système, les taux de change étaient fixes, mais ajustables. Les liquidités internationales se composaient principalement de stocks d’or ou de devises convertibles en or.

Flottement du dollar canadien

En 1970, le ministre des Finances a annoncé que le Compte du fonds des changes du Canada cesserait de procéder à des achats suffisants de dollars américains pour que le taux de change du dollar canadien reste à une certaine valeur par rapport au dollar américain. Le dollar canadien se remettait ainsi à flotter. Depuis, la valeur du dollar canadien n’est plus constante par rapport à celle d’une autre devise, comme le dollar américain, ou d’un produit de base comme l’or.

De 1970 à août 1998, la Banque du Canada est intervenue occasionnellement sur les marchés des changes ou des devises, en achetant et en vendant de l’or et des réserves en devises pour influer sur la valeur relative du dollar canadien.

La Banque avait pour politique, pendant cette période, « d’intervenir systématiquement sur le marché des changes afin de contrer de façon automatique les fortes pressions à la hausse ou à la baisse qui s’exerçaient sur le dollar canadien ».

La Banque a ensuite modifié sa politique en septembre 1998 puisqu’elle estimait alors que « les interventions visant à contrer les mouvements causés par des changements dans les facteurs fondamentaux étaient inefficaces ». Aujourd’hui, la politique consiste à « intervenir sur le marché des changes de façon discrétionnaire, plutôt que systématique, et seulement dans des circonstances exceptionnelles ».

Ces dernières années, la Banque du Canada n’est pas intervenue sur les marchés des changes pour influer sur la valeur relative du dollar canadien; sa plus récente intervention date de septembre 1998. Par conséquent, les réserves d’or dans la composition des actifs du CFC ne sont plus aussi importantes qu’autrefois.

Lectures recommandées

Georgette Boele, Precious Metals Weekly: Gold a Safe-haven?, Group Economics, Macro & Financial Markets Research, 26 août 2015 [DISPONIBLE EN ANGLAIS SEULEMENT].

James Powell, Le dollar canadien : une perspective historique, Banque du Canada, décembre 2005.

Ministère des Finances du Canada, Rapport sur la gestion des réserves officielles de liquidités internationales du Canada – Du 1er avril 2014 au 31 mars 2015.

Auteur: Raphaëlle Deraspe, Bibliothèque du Parlement