Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale – Mise à jour

Martin Auger Division de l’économie, des ressources et des affaires internationales En juin 2010, le gouvernement fédéral a dévoilé sa Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN) pour le renouvellement et la modernisation des flottes de la Marine royale canadienne et de la Garde côtière canadienne au cours des trois prochaines décennies. La SNACN a été mise en œuvre pour fournir du travail de construction navale de façon prévisible et à long terme au Canada. L’objectif principal de la Stratégie est de mettre un terme aux cycles chroniques d’expansion et de ralentissement dans les chantiers maritimes au pays et de soutenir l’industrie canadienne de la construction navale. La SNACN comprend trois volets :

  • un programme de construction de grands navires (navires à déplacement de plus de 1 000 tonnes);
  • un programme de construction de petits navires (navires à déplacement de moins de 1 000 tonnes);
  • un programme de réparation, de radoub et d’entretien de navires.

Selon le gouvernement fédéral, la SNACN est « l’entente d’approvisionnement la plus importante de l’histoire canadienne ».

Programme de construction de grands navires

En octobre 2011, le gouvernement fédéral a annoncé les deux chantiers navals sélectionnés dans le cadre du programme de construction de grands navires. Il s’agit des chantiers navals Halifax Shipyard (Irving Shipbuilding) et Vancouver Shipyards (Seaspan). Le chantier naval Halifax Shipyard a été choisi pour livrer le lot de navires de combat, qui compte actuellement 21 navires pour la Marine royale canadienne :

  • Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (six navires à livrer entre 2018 et 2023);
  • Navires de combat de surface canadien (15 navires à livrer entre 2025 et 2042).

Le chantier naval Vancouver Shipyards a été retenu pour livrer le lot de navires non destinés au combat, qui comprend jusqu’à 17 navires pour la Garde côtière canadienne et la Marine royale canadienne :

  • Navires hauturiers de science halieutique (trois navires pour la Garde côtière canadienne à livrer en 2017‑2018);
  • Navire hauturier de sciences océanographiques (un navire pour la Garde côtière canadienne à livrer en 2017‑2018);
  • Navires de soutien interarmées pour la Marine royale canadienne (deux navires à livrer en 2019‑2020);
  • Brise-glace polaire (un navire pour la Garde côtière canadienne à livrer en 2021‑2022);
  • Navires polyvalents à moyen rayon d’action (jusqu’à cinq navires pour la Garde côtière canadienne);
  • Patrouilleurs hauturiers (jusqu’à cinq navires pour la Garde côtière canadienne).

Jusqu’à présent, ces chantiers navals ont obtenu plus de 2,6 milliards de dollars en contrats fédéraux pour les projets concernant les Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, les navires hauturiers de science halieutique, les navires de soutien interarmées et le brise‑glace polaire. Ces contrats couvrent l’amélioration de la conception des navires, le travail de préproduction et, dans certains cas, la construction. La construction des Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique et des navires hauturiers de science halieutique – les premiers du programme de construction de grands navires – devrait avoir bien commencé avant la fin 2015.

Programme de construction de petits navires et programme de réparation, de radoub et d’entretien de navires

La SNACN inclut également un programme de construction de petits navires et un programme de réparation, de radoub et d’entretien de navires. Le programme de construction de petits navires est ouvert aux chantiers maritimes canadiens autres que les chantiers Halifax Shipyard et Vancouver Shipyards qui ont été choisis pour le programme de construction de grands navires. Il vise la construction de 116 navires pour la Garde côtière canadienne et la Marine royale canadienne. En 2013, le gouvernement fédéral a annoncé l’acquisition de 18 à 21 nouveaux navires pour la Garde côtière canadienne dans le cadre du programme de construction de petits navires. Cependant, aucun contrat de construction n’a encore été accordé. Le programme de réparation, de radoub et d’entretien de navires est ouvert à tous les chantiers navals. Depuis 2013, le gouvernement fédéral a accordé plusieurs contrats de radoub et de prolongation de la vie d’un certain nombre de navires de la Garde côtière canadienne.

Coûts estimatifs

L’infographique présente les coûts estimatifs actuels du programme de construction de grands navires, le volet le plus coûteux de la SNACN. On estime à environ 38 milliards de dollars les coûts d’acquisition de ces grands navires pour la Garde côtière canadienne et la Marine royale canadienne. À eux seuls, les trois projets de construction navale de la Marine (Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, navires de combat de surface canadien et navires de soutien interarmées) représentent plus de 85 % des coûts d’acquisition estimatifs du programme de construction de grands navires. Programme de construction de grands navires Le coût des deux autres volets est considérablement moins élevé. Le gouvernement fédéral calcule que les coûts totaux atteindront 2 milliards de dollars pour le programme de construction de petits navires. Quant au programme de réparation, de radoub et d’entretien, on estime qu’il coûtera de 500 à 600 millions de dollars annuellement au cours des 30 prochaines années. En somme, les coûts de construction de grands et de petits navires, ainsi que les travaux annuels de réparation, de radoub et d’entretien effectués dans le cadre de la SNACN pourraient totaliser 60 milliards de dollars sur trois décennies.

Prochaine étape

Il est peut-être encore tôt pour déterminer si la SNACN transformera le paysage de la construction navale au Canada. Néanmoins, des progrès ont été accomplis depuis cinq ans pour que les chantiers navals et les projets de construction de navires soient prêts pour la phase de production. Si les calendriers de production actuels sont maintenus, d’ici cinq ans, les chantiers navals Halifax Shipyard et Vancouver Shipyards devraient construire et livrer près du quart des grands navires commandés dans le cadre de la SNACN.

Sources connexes

Auger, Martin. Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale : Évaluation quinquennale, publication no 2015-35-F, Ottawa, Service d’information et de recherche parlementaire, Bibliothèque du Parlement, à venir. Bureau du vérificateur général du Canada. « Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale », chap. 3 dans Rapport du vérificateur général du Canada – Automne 2013, 2013. Byers, Michael, et Webb Stewart. Blank Cheque: National Shipbuilding Procurement Strategy Puts Canadians at Risk, Centre canadien des politiques alternatives, décembre 2013. Lerhe, Eric. The National Shipbuilding Procurement Strategy: An Update, Strategic Studies Working Group Papers, Conseil international du Canada et Institut canadien de la défense et des affaires étrangères, février 2013. Shadwick, Martin. « La Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN) et la Marine royale canadienne (MRC) », Revue militaire canadienne, vol. 12, no 2, printemps 2012. Wood, Ian (dir.). National Shipbuilding Procurement Strategy: Charting the Course, Halifax, Centre for Foreign Policy Studies, Université Dalhousie, 2014.