La Journée internationale de la fille

(Available in English: International Day of the Girl Child)

Laura Munn-Rivard
Division des affaires juridique et sociales
le 10 octobre

Le 11 octobre 2014, le Canada et la communauté internationale souligneront la troisième Journée internationale de la fille afin de mettre l’accent sur les droits des filles et de mettre en relief les difficultés particulières que celles-ci rencontrent au quotidien.

Le Canada a lancé l’appel

L’idée d’une Journée internationale de la fille est née au Canada en 2009, dans le cadre de l’initiative de Plan Canada : Parce que je suis une fille, sous la forme d’une pétition en ligne et d’une activité de revendication.

En mars 2011, la ministre de la Condition féminine a obtenu le consentement unanime de la Chambre des communes pour déposer une motion en vertu de laquelle « le Canada prendra l’initiative dans l’effort de proposer une résolution aux Nations Unies qui verrait la proclamation [de] la Journée internationale des filles ». La motion a recueilli l’appui de tous les partis et a été adoptée.

Le projet de Journée internationale de la fille a été proposé par le Canada sous forme de résolution à l’Assemblée générale des Nations Unies le 11 octobre 2011. Deux mois plus tard, l’Assemblée générale adoptait la résolution 66/170 proclamant le 11 octobre 2012 Journée internationale de la fille. L’occasion est célébrée chaque année dans le monde entier.

Autonomiser les adolescentes pour mettre fin au cycle de violence

L’UNICEF, l’organisme des Nations Unies responsable de la Journée, a choisi pour thème cette année Autonomiser les adolescentes pour mettre fin au cycle de violence. Ce thème fait ressortir l’exposition des adolescentes à la violence, au harcèlement et aux mauvais traitements, et montre comment cette exposition compromet la transition, en sécurité et en santé, de l’enfance à l’âge adulte.

Selon un rapport publié en 2009 par l’UNICEF, à l’issue d’une conférence internationale sur les filles, A Study on Violence against Girls [en anglais seulement], les filles dans le monde affrontent diverses formes de violence : violence familiale, mariage précoce et forcé, mutilation des organes génitaux féminins et violence liée à l’honneur. Le rapport évoque aussi le nouvel univers de la violence sur Internet, où la nouvelle technologie procure un nouveau lieu d’exposition des filles à la violence.

Lectures complémentaires